Projet BIOQUALIM

Titre du projet: « De la biodiversité cultivée a la prevention en santé humaine : un projet de recherche-action en région lyonnaise »

Co-porteurs :    Marie-Thérèse Charreyre (Laboratoire IMP, Ingénierie des Matériaux Polymères) et Florence Carrouel (Laboratoire P2S, Parcours Santé Systémique)

Résumé

Dans les pays occidentaux, un défi nutritionnel majeur consiste à réduire la part de protéines animales et augmenter la part de protéines végétales dans l’assiette quotidienne. Or, les protéines végétales sont principalement apportées par les céréales et les légumineuses, dont une grande diversité est nécessaire pour couvrir les apports journaliers recommandés. Cependant, compte-tenu de l’effondrement de la biodiversité cultivée, la diversité de l’offre en céréales/légumineuses est très réduite, ce qui s’observe aussi en région lyonnaise. Cette faible diversité est d’autant plus alarmante que l’alimentation joue un rôle majeur en prévention primaire des maladies chroniques dont les cancers.

Le projet BIOQUALIM se situe dans la prévention des cancers, avec deux approches complémentaires (i) une approche de prévention primaire incluant une étude clinique pilote : modification du régime alimentaire (introduction de céréales de type épeautre) avec suivi du microbiote oral, notamment l’évolution de certaines bactéries (comme P. gingivalis) considérées comme facteur de risque de cancer ; et (ii) une approche de prévention tertiaire dans le cadre des Soins de Support en cancérologie : évaluation des bénéfices santé après participation des patients à des ateliers culinaires (en pair-aidance) autour de recettes à base d’épeautre. L’étude clinique sera précédée d’une enquête sur les habitudes de consommation en céréales/légumineuses, auprès des usagers de la restauration collective des HCL (focus sur les disparités socio-spatiales) ; de plus, des analyses nutritionnelles de plusieurs variétés d’épeautre cultivées en bio en région lyonnaise seront réalisées (notamment teneur en oligo-éléments, en bio-actifs anticancer comme les phytostérols et caractérisation physico-chimique des protéines végétales). Ainsi, le projet BIOQUALIM est un projet de recherche-action impliquant différents acteurs de la société civile et des équipes de recherche de disciplines complémentaires.

Quelles sciences pour demain ?

Par Pablo Jensen

DR CNRS, Laboratoire de physique, chargé de mission Transition Écologique à l’ENS de Lyon

TRIBUNE – Pour le physicien Pablo Jensen, la crise écologique force les sciences à s’interroger sur le type de savoir qu’elles créent et à s’ouvrir aux recherches menées en dehors des universités.

         Le 14 novembre, le CNRS a publié son bilan carbone : un chercheur émet, en moyenne, 14 t CO2 par an. Comparer ce chiffre aux 2 t permises par les accords de Paris, activités personnelles comprises, donne le vertige. Car il est difficile d’imaginer comment on pourrait réduire de 9/10 les émissions sans repenser profondément les activités de recherche. Puis, le 12 décembre, le comité d’éthique du même organisme, le COMETS, abandonnait ce qui a été depuis le début des sciences modernes la position standard de la plupart des chercheurs. Faire avancer la connaissance, c’est forcément bon : à la société de décider ensuite des bonnes ou mauvaises « applications ». Position paresseuse voire hypocrite, car elle conduit à revendiquer les bonnes applications (médicaments…), en rejetant sur la société les mauvaises (pollutions, bombes…). Le COMETS affirme au contraire que, face à la gravité de la situation environnementale, la recherche doit tenter d’évaluer ses impacts au préalable, en se demandant si« utiliser ou développer tel grand équipement (accélérateur de particules, grand calculateur) ou travailler sur telle thématique (biologie synthétique, génomique) est susceptible d’engendrer… des impacts néfastes pour la biosphère ».

         Je vois là deux signes d’un grand basculement en train de redéfinir les savoirs et leur place dans la société. Pour mieux en saisir l’ampleur, peignons à grands traits les étapes passées. Jusqu’au 17ème siècle, on vivait dans un monde dominé par le biologique, au niveau de l’économie (agriculture, construction en bois…) ou de la pensée (Aristote). Les sciences modernes ont émergé suite à une double révolution, technique et politique : le déferlement des machines et l’émergence d’individus libres. Les nouvelles technologies (imprimerie, navigation, télescope…) ont élargi la connaissance du monde et bousculé les certitudes anciennes. Une nouvelle science « machinique », intimement associée aux réseaux technologiques, a permis une rétroaction positive inédite entre connaissance théorique et croissance industrielle, à l’exemple de la génétique moderne, née dans les laboratoires du brasseur Carlsberg, qui cherchait à stabiliser des levures pour produire de la bière en masse. Côté politique, l’urbanisation contribua à l’émergence d’individus confiants dans leur capacité à comprendre et maîtriser le monde. Ces deux révolutions partageaient des valeurs, comme le souci du débat critique, mais ont toujours été en tension, car les sciences prétendent disposer d’un savoir supérieur à l’« opinion » des non experts, et engendrent des technologies qui bouleversent les sociétés via les marchés, sans débat démocratique.

         La grande accélération qui s’en est suivie ébranle désormais la planète entière et impose de recréer des savoirs adaptés à un monde devenu fini. Des savoirs moins dépendants de technologies sophistiquées, et mieux insérés dans nos espaces délibératifs. Il ne s’agit nullement d’un retour romantique à des savoirs prémodernes, mais au contraire de l’approfondissement de la révolution démocratique, pour la création de savoirs « terrestres ».

À quoi ça ressemblerait, ces savoirs terrestres ?

         Concrètement, il s’agira d’abord de mieux financer des savoirs jugés essentiels pour apprendre à vivre dans ce monde fini : mieux comprendre les enchevêtrements entre tous les vivants, l’impact des inégalités, les alternatives low-tech, etc. Plus profondément, il faudra redéfinir ce que sont les savoirs et leur articulation avec les activités sociales. De nombreuses pistes concrètes ont été présentées aux Journées d’été des savoirs engagés et reliés (JESER), tenues à Lyon fin août et organisées par un collectif de 11 associations (mouvement-ser.org). Ainsi, la CRIIRAD ou les observatoires éco-citoyens ouvrent à la société civile un savoir expert (mesure de la radioactivité, toxicologie…), pour contrer un monopole privé ou étatique potentiellement opaque. Les JESER ont aussi donné la parole à des recherches menées en dehors des universités. Ainsi, ATD Quart Monde croise savoirs des personnes qui connaissent la pauvreté et savoirs académiques, pour créer des connaissances engagées, car l’association veut que « ça change ». Les paysans-boulangers ont, eux, créé une filière entière, allant des semences aux consommateurs, grâce à des savoirs spécifiques sur les variétés de blés paysans, et des outils low tech partagés garantissant leur souveraineté technologique. Tout en dialoguant avec la recherche académique, comme ils l’expliquent dans leur superbe livre « Notre pain est politique ».

         On pourrait imaginer une société parsemée de chercheurs, alternant des périodes d’engagement sur le terrain et d’autres plus en retrait, pour affiner les outils conceptuels de leurs communautés disciplinaires. Comme le proposait Bruno Latour dans son dernier discours à Sciences Po : dans la « nouvelle université des sciences terrestres », les sciences fondamentales auront pour tâche, non d’être une avant-garde trouvant les solutions, mais un « back-office » contribuant à « redéfinir ce que pourrait être le problème », et aidant les professionnels grâce aux « outils les plus avancés ». De quoi redonner aux sciences l’élan qui animait le philosophe John Dewey, pour qui « le futur de la démocratie est lié à l’extension de l’attitude scientifique ».

Pour une redirection des sciences

Y aurait-il quelque chose de pourri au royaume des institutions scientifiques ? Ici, des chercheur.e.s veulent réinventer les sciences, là où des ingénieurs désertent. Un peu partout des collectifs se forment pour créer des savoirs pertinents pour la mutation écologique.

Un article AOC par Pablo Jensen, membre de la FQS

"On en parle", une revue de presse de la FQS et des initiatives partenaires

Le diagnostic communautaire : Un outil d’exploration de la santé anthropocène ?

Ce texte est un retour d’expérience sur l’atelier « Santé Anthropocène » ayant eu lieu le 25 janvier 2022 lors de « À l’école de l’Anthropocène ». Compte tenu de la démarche expérimentale de l’atelier, il a semblé important au.x organisateur.trice.s et animateur.trice.s de consigner une trace de l’expérience, compilant leurs retours, leurs étonnements et leurs questionnements pour poursuivre une réflexion sur la santé anthropocène.

L’atelier était coporté par la FQS – un article d’Antropocène 2050

"On en parle", une revue de presse de la FQS et des initiatives partenaires 

Universités : « Remplaçons le classement de Shanghaï par un palmarès plus durable »

Le biologiste Olivier Hamant et le physicien Pablo Jensen proposent, dans une tribune au « Monde », d’intégrer les dimensions environnementales et d’équité dans les scores fondant les comparaisons internationales des établissements de l’enseignement supérieur.

Olivier Hamant et Pablo Jensen sont membre de la FQS

"On en parle", une revue de presse de la FQS et des initiatives partenaires 

Ces chercheurs tentés par la « bifurcation » écologique

Neurosciences, aéronautique, chimie… Des chercheurs issus de disciplines très variées choisissent de changer de voie, de bousculer les habitudes scientifiques voire de modifier le fonctionnement même de la recherche au nom de la protection de l’environnement.

Un article du Monde faisant mention de la FQS

"On en parle", une revue de presse de la FQS et des initiatives partenaires 

La science des questions simples

Face à l’urgence écologique, le monde de la recherche se retrouve confronté à la question de sa responsabilité dans l’invention des sociétés de demain. C’est dans la perspective de rompre avec l’illusion d’une science autonome des structures politiques et sociale que se lance la Fabrique des Questions Simples, un collectif de chercheurs qui souhaitent consacrer une partie de leurs recherches à répondre aux questions « simples » que les acteurs se posent.

Un article AOC par Stéphane Grumbach et Pablo Jensen, membre de la FQS

"On en parle", une revue de presse de la FQS et des initiatives partenaires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search