Quelles sciences “fondamentales” pour demain?

Un séminaire de l’Ecopolien, donné le mardi 22 novembre, à 16h, par Pablo Jensen, DR CNRS à l’ENS de Lyon, chargé de mission Transition Ecologique, membre de l’atelier d’écologie politique lyonnais, la Fabrique des Questions Simples.

Résumé : Nous savons que des secteurs entiers de nos sociétés devront être fermés ou réorientés pour prendre en compte les limites planétaires. Qu’en est-il de la recherche scientifique? Quelles disciplines deviendront byzantines? Comment construire une politique scientifique terrestre? Je proposerai quelques éléments d’histoire des sciences et de discussions autour des travaux de Bruno Latour, pour lancer une réflexion collective.

En visio-conférence. Présentations vidéo et PDF : téléchargeable ici.

Climat : qui a allumé le feu ?

Dans cet épisode, Laura part à la recherche des responsables du dérèglement climatique. Sommes-nous tous coupables, comme la notion d’anthropocène le laisse penser ? L’historien de l’environnement, Andreas Malm, explique que pour éviter de mettre tous les Hommes sur un plan d’égalité, il préfère la notion de “capitalocène” à celle d’”anthropocène”. Il estime que c’est le capitalisme fossile qui est à l’origine de la crise environnementale. Qui est vraiment responsable de la crise écologique en cours ? Est-ce vraiment l’humanité dans son ensemble ? Où serait-ce certains pays, groupes sociaux ou systèmes économiques spécifiques ? Un capitalisme vert est-il possible ?

Après la Convention Citoyenne pour le Climat, de nouvelles voies juridiques pour la transition écologique ?

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) a mandaté 150 personnes tirées au sort pour définir des mesures permettant une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 dans un esprit de justice sociale. La promesse du Président de la République Emmanuel Macron était de les intégrer ensuite “sans filtre” dans la loi Climat et Résilience qui en résulte. Quels sont les effets de cet exercice de démocratie participative ? Amy Dahan, Marine Fleury et Hélène Guillemot ont apporté leur éclairage sur la construction et le déroulement de la CCC à laquelle elles ont participé, sur le devenir des 149 propositions qui ont été faites et sur les effets de leur introduction dans le droit.

Pour une écologie juridique

Le propos de cette conférence part d’un constat : le code de l’environnement a beau être traversé d’interdictions, d’obligations, de conditions et de sanctions, notre ordre juridique peine lourdement à intégrer de façon systémique et inclusive les préoccupations écologiques (biodiversité, climat, « ressources » naturelles en tête). Notre hypothèse de départ est que le droit contemporain, en tant qu’outillage ingénieux et parfois efficace, faute d’avoir su échafauder une réflexion autour des notions de liberté et de toute-puissance, ne sait plus fondamentalement prendre en charge l’indispensable rapatriement du souci d’un monde habitable. Pareille exigence (instituer authentiquement l’écologie dans le droit) suppose et implique une délicate repolitisation substantielle de notre « être-au-monde commun ». Elle suggère notamment une nouvelle « inter-diction », consistant à produire des contrats de renoncement par une délibération publique renouvelée. Le droit, entre l’amont et l’aval, en représenterait d’ailleurs un moyen d’énonciation relatif, c’est-à-dire situé parmi d’autres…

1972 : Les Limites à la croissance

Publié il y a 50 ans, le rapport Meadows alertait sur les dangers d’une trajectoire de croissance « infinie » dans un monde aux ressources limitées et établissait différents scenarios. A l’occasion de la remise d’un doctorat honoris causa à Dennis Meadows  par l’ENS de Lyon, L’École urbaine de Lyon a interrogé quelques chercheuses et chercheurs de Lyon et de Saint-Étienne pour savoir quel rôle a joué ce rapport dans leur carrière.

Beyond the Limits to Growth

Conférence de Dennis Meadows,
analyste des systèmes, initiateur et co-auteur du rapport Les limites de la croissance, Club de Rome, 1972

lundi 19 septembre 2022
ENS de Lyon, amphithéâtre Mérieux

Relations entre santé humaine et environnement dans l’Anthropocène

Revoir le cours 2021-22 de la Chaire de Santé Publique du Collége de France – Le cours, centré sur les facteurs apparus ou dont les niveaux ont fortement augmenté au cours de l’Anthropocène, passera en revue des familles de composés aux effets démontrés sur la santé humaine (plomb, particules en suspension dans l’air) puis des facteurs pour lesquels les connaissances sont plus récentes, tels que certains perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A.

Rencontres intimes avec l’Anthropocène – Récits personnels de scientifiques

Note de l’éditeur

Beaucoup de scientifiques considèrent que parler de leurs émotions dans le cadre de leur activité professionnelle pourrait les décrédibiliser : il faudrait uniquement parler de chiffres, rester impartial, esquiver le ressenti. Pourtant, face à certains scénarios du GIEC projetant des millions de morts climatiques et à l’effondrement en cours du vivant, comment garder cette posture ? Dans ce recueil, des scientifiques témoignent de leur prise de conscience face aux changements environnementaux d’origine anthropique ; il y a quelque chose qui échappe à la raison, une humanité qui a peur de se perdre en chemin et qui a pris conscience des limites du monde qu’elle habite.

Accéder à l’ouvrage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search