Pourquoi fabriquer des questions simples?

Au lendemain de la publication du 6ème rapport du GIEC[1], Antonio Guterres, secrétaire général des Nation Unies, déclarait « Si nous unissons nos forces maintenant, nous pouvons éviter la catastrophe climatique. Mais comme le rapport d’aujourd’hui le dit clairement, il n’y a pas le temps d’attendre et pas de place pour les excuses »[2].

Quelle est la place que peuvent prendre les chercheurs dans cette union des forces, au-delà des éléments de diagnostic qui sont fournis par la recherche, en amont de l’action. Comment le chercheur, en tant qu’individu, que citoyen, peut-il s’engager dans le développement de réponses à ces changements globaux ? Comment, une fois pris acte de la mesure de la dégradation de l’environnement, peut-il contribuer à la mise en œuvre de solutions ? Comment adapter ses pratiques de recherches pour les mettre en accord avec un engagement personnel tout en conservant la rigueur de la démarche scientifique ? 

Il est particulièrement intéressant de se poser ces questions sur la pratique du chercheur, car elle est à la fois libre et contrainte. Libre, car le chercheur a le choix des sujets qu’il souhaite aborder, ses objets, ses thématiques, ses terrains… Il est cependant contraint par l’organisation en disciplines cloisonnées, la distance entre les sciences et la société, les objectifs de production académiques et économiques du financement de ces travaux. Entre cette liberté, qui pousse certains chercheurs à intégrer l’urgence climatique dans leurs travaux, et les contraintes de la structuration du monde académique, il est nécessaire de développer, d’expérimenter, de tester,… bref, de fabriquer des nouvelles pratiques de recherche.

Pratiquer la recherche, c’est se poser des questions, c’est le propre de la démarche scientifique. Fabriquer de nouvelles pratiques de recherche, ce serais alors proposer une autre manière de se poser des questions. L’essentiel de la recherche, aujourd’hui, est focalisée sur l’avancée des connaissances à l’intérieur de champs disciplinaires par la réponse à des questions complexes et leurs formulations précises sont peu compréhensibles sans les codes propres à leurs disciplines. Le réchauffement climatique, l’effondrement de la biodiversité, le franchissement des limites planétaires, etc. sont autant d’enjeux systémiques et complexes qu’il est difficile, voire impossible, de ne considérer que depuis une seule discipline. C’est pourquoi, à côté de la recherche des questions complexes, on propose de fabriquer des questions simples.

La compréhension des questions simples se nécessite aucune connaissance spécifique, elles sont compréhensibles en-soi. Il ne s’agit pas de simplifier les enjeux ou de fausse naïveté, mais bien de formulation saisissables correspondant à des enjeux et des problématique actuelles, qu’elles soient scientifiques ou sociales. Ce sont souvent des questions « mal posées » scientifiquement, car elles ne cherchent pas à s’inscrire dans une tradition disciplinaire particulière. Elles ouvrent alors une porte au croisement des points de vue, en termes de disciplines, mais aussi en termes d’acteurs : si la question est saisissable par tous, alors tous sont susceptibles de participer à la construction d’une réponse. Poser des questions simples invite à s’enrichir de différentes expériences (scientifiques, industrielles, associatives, artistiques …) et de différents savoirs (académiques et vernaculaires). En cela, les questions simples entendent participer à la réconciliation entre sciences et citoyens par la nécessaire co-construction des réponses. Car si la formulation de la question est simple, les réponses peuvent relever d’une grande complexité et les efforts pour les traiter pourraient conduire à des retombées scientifiques majeures dans différents domaines, voire à l’émergence de nouvelles disciplines.

Travailler sur des questions simples entraîne une réflexion sur les héritages : ce que l’on a hérité et ce que l’on laissera. Se positionner volontairement sur une question en dehors de sa pratique habituelle, que ce soit parce que c’est une nouvelle thématique ou en lien avec des acteurs inconnus, jusque-là, pose la question du comment faire avec ou malgré ce que l’on a hérité en termes d’héritages académiques, des institutions et des structures. Cela conduit également à avoir une considération sur la manière de transmettre la démarche, les méthodes et les questionnements mis en place. La diffusion des résultats et des méthodes est essentielle dans la recherche des questions complexes et il doit en être de même pour les questions simples. Il faut donc porter une attention particulière sur le partage et la diffusion des démarches et des résultats apportés par l’exploration de questions simples en matière d’enseignement, de publications ou de vulgarisation. La diffusion d’une recherche coconstruite ne peut et ne doit pas se limiter au circuit académique. Le travail de la mise en récit de cette pratique au près d’une grande diversité de public est nécessaire.
 
L’expérimentation autour des questions simples cherche à être confiante, joyeuse, ludique… C’est une démarche optimiste, dans le sens où l’objectif est la mise en œuvre, ne serais ce qu’en test, de pistes d’actions possibles, au-delà de la formulation de constats sur l’état socio-environnemental. Elle s’inscrit dans une relation douce à l’environnement, de ne pas faire « contre » mais bien de faire « avec » la nature pour développer une vision prospective positive passant par le choix de la juste taille des méthodes, en termes d’échelle, d’outils (numérique, frugal, etc.), d’hybridation des avoirs (académiques, vernaculaires, etc.)

La Fabrique des Questions Simples souhaite donc permettre de développer une recherche impliquée, au service de la société. La recherche impliquée est une recherche qui se construit dans un espace de reconnaissance du pluralisme des savoirs[3] (académiques et vernaculaires) et soucieuse de sa diffusion à des publics larges. C’est une invitation à explorer, tester, expérimenter, construire de nouvelles manières de faire en s’adaptant aux besoins, aux possibilités et aux envies de chacun.


[1] Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat évalue l’état des connaissances celle-ci, ses causes, ses impacts et fournit un état des lieux régulier dans le but d’informer les décideurs et les citoyens concernés des dernières conclusions de la recherche.

[2] « Rapport du Giec : les experts du climat “sonnent le glas” des énergies fossiles, selon le secrétaire général des Nations unies » – France Info – 9 août 2021 – https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/rapport-du-giec-le-rapport-des-experts-climat-sonne-le-glas-des-energies-fossiles-selon-le-secretaire-general-des-nations-unies_4732329.html

[3] « La science au pluriel – essai d’épistémologie pour des sciences impliquées » L.Coutellec 2015

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search